La Victory de mon père…

Aujourd'hui est une belle journée dans les environs d'Avignon...

... mais non rassurer vous !

Vous êtes bien sur le Blog Rouge Turbo : le seul blog de restauration d'une Super 5 GT  Turbo qui ne parle que de tout autre chose...

D'ailleurs même si les titre et lieu de cet article sont proche du récit de Marcel Pagnol "La Gloire de mon père"  (NDLR : peut-être un des seul livre que j'ai réellement réussi à lire), il ne s'agit pas la d'une mauvaise traduction anglaise.

"La Victory de mon père" est bien la nouvelle moto qui remplace l'ancienne Yamaha 900 TDM (vu dans ce blog dans les articles relatant mon tour de Corse en 2012).

Victory Boardwalk
Victory Motorcycles USA
Victory Boardwalk
Mon père sur sa Victory Boardwalk

Essai de la Victory Boardwalk :

Nous sommes Dimanche 30 juin matin, Papa sort la Victory pour aller faire une course et me lance : "Sors le dragstar de ta mère je vais te faire essayer la Victory a mon retour."

Damned pas de chance, pas le choix, je vais devoir tester une grosse moto puissante ce matin... 🙂 Pour que vous puissiez juger du malheur qui s'abat sur moi, voici quelques photos de la bête lors de la séance d'essai.

Victory Boardwalk
Vue latérale Victory Boardwalk
Victory Boardwalk
Vue latérale côté échappement de la Victory Boardwalk
Victory Boardwalk
Vue arrière du feu moderne de la Victory Boardwalk

Première impression sur la route ?

 

Victory Boardwalk
Au guidon de la Victory Boardwalk, paré pour la route

La prise en mains est facile et on ne sent pas les 307 kg de la bête.  La garde au sol est basse cela doit aider.

Il faut rester concentré : 106 ch et un couple de voiture sportive entre les jambes, on va y aller doucement avant d'envoyer.

Le moteur à beaucoup de couple et est plein à tous les étages. Avec ses 1731cc on pourrait imaginer un manque de souplesse mais il n'en est rien.

La route devient sinueuse et on se prend à rouler lentement sur le couple dans les courbes. En revanche je trouve l'équilibre délicat mais peut-être est-ce du au large guidon plat.

Toujours est il que le moteur reprend sur tous les rapports et avec une grande vigueur bien que les "gamelles" cognent un peu en reprenant en 5 et 6ème à 50 km.

Du coup pour un train de route balade la 4ème et la 5ème sont suffisante...

L'amortissement est très confortable et on n'est jamais brusqué sur cette moto. La transmission par courroie est en cela un plus.

En fait malgré sa puissance, cette moto n'incite pas à rouler vite. D'ailleurs mon père, réussissant à me suivre en 125cc Dragstar ne dira pas le contraire...

 

Quelques détails sur ce modèle

Il s'agit d'une Victory Boardtalk de 2013.
Le moteur fait 1731 cc de cylindrée et le couple 144 Nm (à titre de comparaison ma 106 Diesel fait 98 Nm pour 1527cc).

La transmission se fait par courroie comme sur les Harley-Davidson.
Au niveau châssis la moto pèse : 307 kg à sec et dispose d'une garde au sol de 120 mm

Les sacoches arrières sont des accessoires de la marque, ainsi que le sisi barre.

Bon bin pressé de remonter dessus.
J'ai pas eu la chance de pouvoir la comparer à une légendaire Harley mais déjà je peux vous assurer que prendre la route avec une Victory comme cette Boardwalk cela procure...
comment dire...

Un sentiment de gloire !!!

Victory Boardwalk
Vue avant Victory Boardwalk
Victory Boardwalk
Vue 3/4 arrière avec les sacoches et le sis barre monté en accessoire sur Victory Boardwalk